Nos clubs de bridge
et la situation sanitaire

La situation sanitaire a eu comme premier effet d'entraîner la fermeture immédiate de tous nos clubs de bridge.
La crise sanitaire est pour les clubs la pire des choses que l'on puisse imaginer.


Toutefois, suite au déconfinement et à l'allégement des protocoles sanitaires, plus de 100 clubs ont déjà ouvert leurs portes en suivant les protocole élaborés par la FFB (protocole clubs – protocole joueurs)

Il faut, dans tous les cas que les clubs s'engagent au plus tôt dans une réflexion quant aux meilleures conditions dans lesquelles ils pourront reprendre leurs activités.

Il s'agit, pour cela, en attendant la levée de l'état d'urgence sanitaire programmée pour le 10 juillet :
- de prendre en compte toutes les informations scientifiques disponibles,
- de faire la synthèse de tout ce qui peut être fait pour limiter les risques de propagation du virus dans la pratique normale de chaque club.


Au club
La désinfection des mains à l'entrée

En plus, s'il y en a, des équipements permettant de se laver les mains à l'eau et au savon, la mise à disposition d'un dispositif permettant à chaque arrivant de se laver les mains avec un gel hydro-alcoolique doit être recommandé.

Sa la mise en œuvre ne requière pas un investissement disproportionné.

De plus, la désinfection des mains à l'entrée peut utilement être complétée par une désinfection au gel hydro-alcoolique lors des changements de position.

Une réflexion sur les sens et les circuits de circulation

Il s'agit à la fois de respecter la distanciation sociale et de faire en sorte que les flux de bridgeurs ne se croisent pas.

La distanciation sociale à la table

Les tables de bridge ont en général 80 cm de côté. Il s'agit donc de demander à chaque joueur de porter un masque ou de se tenir de 20 à 30 cm en retrait de la table.
Une bonne pratique peut être de poser sur chaque table des «agrandisseurs de table » en contre-plaqué de 10 mm d'épaisseur au format 122cm x 122 ou 122x128cm cm.
De tels agrandisseurs sont faciles à obtenir. Ils peuvent être fabriqués à partir des plaques de contreplaqué au format standard de 250cm x 122cm.
Une telle plaque coûte 69,90 € TTC chez Leroy-Merlin et il faut compter 1€ pour la réalisation d'une coupe permettant de produire deux « agrandisseurs de table ».

(pour plusieurs agrandisseurs de table, on doit pouvoir négocier la coupe gratuite de deux agrandisseur au format 122cm x 122cm… !).
Bien sur, il serait bon de disposer des nappes idoines pour couvrir les agrandisseurs* car les tapis de table standard sont au format trop réduit 80cm x 80cm.


* Bridge Diffusion dispose de nappes lavables ourlées et carrées au format 147cm x 147cm en tissu Burlington utilisables à cet effet.


La question des écrans de protection au niveau des tables
Des devis sont en cours pour une fabrication d'écrans transparents ajustables sur les tables de bridge.
Bridge Diffusion a envisagé un modèle très facile à installer et à désinstaller très pratiques pour les clubs qui ne disposent pas d'une salle dédiée.

On pose simplement en opposition sur chaque table deux écrans indépendants pliés chacun à angle droit et disposant en coin en bas d'une couverture pour le passage des étuis.

Pour équiper une table, le devis obtenus par Bridge Diffusion est de 137 € par table hors port, devis établi pour l'équipement de 25 tables.

Bridge Diffusion est prêt à fournir ces écrans à prix coûtant et à négocier des prix par quantités si le besoin s'en fait sentir.
Dans tous les cas, le coût plus raisonnable des « agrandisseurs de table » et l'importance des coûts pour l'équipement par écrans incite à se tourner vers l'utilisation recommandée d'équipements individuels (masques et visières) pouvant être utilisés par les joueurs.


Pour les bridgeurs

Le port des masques
Le port de masques tend actuellement à se généraliser.

Toutefois, et contrairement à une opinion largement répandue, le port du masque n'a pas pour effet principal de réduire le risque de contamination pour la personne qui le porte.
Son objectif premier est de réduire le risque de contaminer à la fois d'autres personnes et l'environnement dans le cas où la personne qui le porterait serait contaminée et contaminante.
Le choix du masque est bien évidemment affaire individuelle.
Les masques les plus simples, dits masques trois plis, ne sont pas très agréables à porter pendant toute la durée d'un tournoi.
D'autres masques (type canard entre-autres) peuvent être suggérés comme formant une alternative de port beaucoup plus confortable.

Quoi qu'il en soit, le port du masque est actuellement obligatoire pour pénétrer dans nombre de commerces ou établissements.
Il revient à chaque club de préciser sa position en la matière.
Obligatoire ou non, le port du masque réduit les risques de contamination du matériel, des tables ainsi que des autres bridgeurs.
Le port des visières de protection

Les visières transparentes actuellement disponibles et dont l'usage se répand peu à peu assurent une protection intéressante à la fois pour le porteur de la visière et pour les personnes vec lesquelles le porteur de la visière est en contact.
La visière limite de plus les risques de contamination de l'environnement.

Les visières peuvent être portée, au choix, avec ou sans masque accompagnateur.
Un modèle de visière, parfaitement confortable et compatible avec le port d'un masque et de lunettes a été présenté dans les étals de la grande distribution (Lidl) au prix tout à fait abordable de 2,99 €.

La mise en service alternée des étuis et des jeux de cartes

Pour palier au risque de contamination par les cartes, l'idée a été émise de fournir un jeu par joueur. Ce jeu serait accompagné d'une liste imprimée des mains que le joueur serait amené à jouer successivement lors du déroulement d'un tournoi.
Le jouer reconstituerait pour chaque donne la main qu'il serait amené à jouer.

Outre le surcroît de travail pour les organisateurs (édition et distribution des mains) cette pratique a l'inconvénient de multiplier les risques d'erreur.
Une excellente solution alternative serait de s'inspirer des messures prises dans les bibliothèques de prêt qui ont dès maintenant organisé leur ouverture.
Dans ces bibliothèques, les livres continuent à être prêtés. Toutefois, à leur retour, ils ne sont pas remis immédiatement en circulation mais placés en quarantaine.
Parce qu'ils peuvent revenir porteurs éventuels de virus (lecture près du regard, pages feuilletées avec doigts mouillés de salive…), les livres rendus sont stockés à l'écart pendant dix jours avant d'être remis dans les circuits de prêt.
Après ces dix jours de quarantaine, ils retrouvent leur utilisation normale.
Cette pratique peut très utilement être mise en œuvre pour la mise en service des jeux de cartes dans les clubs.

Il s'agirait ainsi, pour chaque club, de disposer d'un nombre suffisant de séries d'étuis et de jeux de cartes pour les utiliser en alternance après un temps de quarantaine dont la durée resterait à définir.


Dans tous les cas, pour faciliter à la fois le remplacement plus rapide des jeux et leur éventuelle mise en circulation alternée, Bridge Diffusion proposera pendant l'été une reconduction de son offre de jeux haute qualité à prix réduit.
L'objectif de cette reconduction de l'offre est de permettre à tous les clubs de se ré-approvisionner en jeux et de faire éventuellement des achats de précaution pour faire face aux inévitables hausses de prix auxquelles il faut maintenant s'attendre.


Envisager le cas échéant l'utilisation de boîtes à enchères individuelles
La question de l'utilisation de boîtes à enchères personnelles peut également être posée. Chaque club pourrait proposer aux joueurs qui le souhaitent d'acheter au club leurs propres boîtes à enchères. Les joueurs ainsi équipés apporteraient au club leurs boîtes à enchère personnelles pour jouer et repartiraient avec elles en fin de tournoi.
Il revient, en la matière, à chaque club d'adopter les règles qui lui semblent le mieux appropriées



QUID DE L'AVENIR ?


Indépendamment des débats sur le confinement, la sortie du confinement et la suite des opérations, on ne peut que relever l'émergence de plusieurs excellentes nouvelles :


- deux pistes très prometteuses pour la prévention et/ou les traitements

Plusieurs traitements sont à l'étude. Toutefois, de très bonne nouvelles doivent être relevées :
a) Au Royaume-Uni, un produit qui a été utilisé pour la lutte contre le virus Ebola, le remdesevir, a vu (après essais et confirmation de son efficacité) son usage officiellement autorisé en mileu hospitalier.
Les stocks sont encore limités mais les résultats sont là.
Egalement l'utilisation d'un corticoïde d'usage courant a considérablement réduit la mortalité des cas graves quant il a été employé.

b) Un médicament composé d'un mix d'anticorps pouvant facilement être produit est en phase avancée de test à la prestigieuse Université de Pékin (« Beida »). Ce produit permet non seulement d’accélérer la guérison des malades, mais aussi d’immuniser temporairement contre le Covid-19.
Après les premiers résultats excellents obtenus localement, ce mix est actuellement en phase de test élargi en Australie tandis que des anticorps obtenus à partir d'extraits plasmatiques sont un peu partout à l'étude.
Également, on s'oriente vers l'utilisation d'un corticoïde peu coûteux (la dexaméthasone) pour le contrôle des états les plus graves.


- de très bonnes nouvelles du côté des vaccins
Au niveau international, plusieurs vaccins sont en cours d'étude et de développement.
Une information particulièrement importante n'a toutefois que très peu été relayée par les médias.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a autorisé la mise en place de tests de vaccinations suivies de contaminations par le virus des personnes vaccinées.
Dans de tels tests, des sujets sains, bien portants, âgés entre 21 et 40 ans et volontaires seraient vaccinés à l'aide des vaccins à tester. Ils seraient ensuite infestés artificiellement, une fois l'immunité établie, par une quantité d'éléments contaminants covid suffisante pour provoquer la maladie.
Les tests mis en œuvre selon cette procédure donneront des résultats particulièrement rapides.

Compte tenu du nombre de vaccins actuellement en développement, une possibilité sérieuse existe pour qu'un vaccin soit disponible très rapidement, avant la fin de de cette année.



PRÉPARER TOUT DE SUITE L'AVENIR

Au final, et sauf aggravation imprévue de la situation sanitaire des dispositions, certes contraignantes mais relativement simples et peu coûteuses peuvent être mises en œuvre pour organiser tout de suite la réouverture de nos clubs dans de bonnes conditions.
Dans ce cadre, il s'agit, pour chaque club de suivre les protocoles élaborés par la FFB et d'engager une réflexion immédiate sur le sujet et de réfléchir dès maintenant aux voies qui pourront lui sembler le plus appropriées.



Retour vers le haut de la page